Home FreelancePortage salarial : comment ça marche ?
Portage salarial : comment ça marche ?

Portage salarial : comment ça marche ?

Lorsque vous décidez de vous lancer dans une activité indépendante, il vous faut choisir un statut juridique. Les plus connus sont les entreprises individuelles (micro-entreprise ou entreprise individuelle classique) et les sociétés (EURL, SARL, SASU, SAS…). Dans ces cas, vous devenez créateur d’entreprise.

Mais vous ignorez peut-être que d’autres possibilités s’offrent à vous. En effet, il est aussi possible d’exercer une activité professionnelle sans créer sa propre structure.

Les alternatives à la création d’entreprise sont principalement :

  • la couveuse d’entreprise
  • la coopérative d’entrepreneurs ou d’activités et d’emploi (CAE),
  • le portage salarial.

Nous allons voir dans cet article comment fonctionne le portage salarial. C’est parti !

Portage salarial : définition

Le portage salarial est une structure commerciale qui se propose de « porter » votre projet. Il ne s’agit pas d’un statut intermédiaire, car vous pourrez rester en portage le temps que vous voudrez. En revanche, le rôle d’une société de portage n’est pas de vous accompagner ou de vous former, mais de vous apporter la logistique nécessaire du point de vue comptable, fiscal et réglementaire.

Les avantages du portage salarial

  • La société de portage s’occupe de vos démarches administratives. Vous pourrez ainsi vous concentrer sur votre cœur de métier et votre prospection.
  • Vous signez un contrat de travail, à durée déterminée ou indéterminée et recevez des bulletins de salaire. Vous êtes donc considéré comme salarié avec tous les avantages que cela implique : droits aux allocations chômage, points retraite, sécurité sociale, prévoyance, congés payés, etc. Chaque mois, votre chiffre d’affaires est transformé en salaire. La société de portage prend une commission de gestion qui varie de 5 et 10 %. Le montant des cotisations salariales et patronales est déduit du chiffre d’affaires pour permettre à la société de portage de les déclarer puis de les payer aux différentes caisses. Elle fournit également une assurance responsabilité civile.
  • Vous êtes libre de négocier vos services et de fixer vos prix. Un contrat de prestation sera établi par la société de portage selon vos instructions. Une fois votre mission terminée, vous déclarez vos jours d’activité et la société facture votre client. Ce n’est pas pour autant que vous ne pouvez pas apposer votre logo et votre nom de marque sur les factures. Celles-ci sont personnalisables.
  • Le portage permet à un entrepreneur indépendant de réaliser des prestations en toute autonomie et de les facturer à ses clients via une autre société. C’est cette société qui prendra en charge les aspects comptables, juridiques, fiscaux et sociaux relatifs à l’activité, libérant ainsi le travailleur « porté » de toutes ces contraintes.

Les inconvénients du portage salarial

  • Contrairement à une coopérative d’activité, par exemple, la société de portage ne vous permet pas de décider du montant de votre rémunération ou de prendre la même somme chaque mois. Vous ne pouvez donc pas garder un fonds de roulement de trésorerie pour d’éventuels futurs investissements.
  • Les frais de gestion sont dégressifs en fonction du chiffre d’affaires. Plus celui-ci est élevé, moins vous payez de frais, ce qui ne favorise pas les débutants.
  • Les cotisations sociales prélevées sont légèrement plus élevées que dans les autres statuts.
  • Le portage salarial exige la signature de trois contrats (de prestations, de travail, convention d’adhésion) dont les clauses doivent être scrupuleusement respectées. La société de portage est tout à fait en droit de rompre les contrats.
  • Un minimum de chiffre d’affaires est souvent demandé. Il faut, généralement, que les honoraires facturés au final soient supérieurs à 1 000 euros.

Conclusion : freelance ou portage salarial ?

Le freelance est un professionnel qui vend des services, le plus souvent intellectuels, à d’autres entreprises ou à des particuliers. Il gère seul ses clients et son travail, chez lui ou dans un espace de coworking, parfois en se déplaçant dans les entreprises. Il s’agit souvent de coachs, de consultants, de formateurs, de conseillers…

A priori, les avantages du portage salarial pour ce type d’activité sont nombreux, hormis les frais de gestion qui réduisent le bénéfice. En effet, pour un freelance qui s’installe, choisir dès le départ le statut adéquat (professionnel libéral, entrepreneur individuel ou gérant d’EURL) n’est pas toujours évident.

Le travailleur « porté », lui, tout en ayant la même indépendance qu’un freelance, garde les avantages d’un salarié classique c’est-à-dire une protection sociale complète. C’est un statut qui peut rassurer un jeune diplômé ou un salarié qui hésite à quitter son poste.

Si vous préférez réduire les risques et limiter les investissements pour « tester » votre activité, selon votre domaine, opter pour le portage salarial peut être une bonne solution. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à lancer une simulation en portage salarial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.