Home Trouver Un EmploiComment changer de métier à 40 ans
Comment changer de métier à 40 ans

Comment changer de métier à 40 ans

Si vous avez 40, 50 ans ou plus et que vous vous demandez: «Est-il trop tard pour changer de métier ?» : rassurez-vous, c’est possible. Voici quelques conseils pour surmonter vos peurs et concrétiser vos projets. A 40 ans passé, la maturité est la et vous savez ce qui vous rend heureux au travail. Même si vous ne vous sentez pas au top de votre forme, sachez qu’une reconversion est possible et plus facilement que vous ne le pensez. Voici quelques conseils pour revenir sur les rails et changer de métier passé les 40 ans.

Les points positifs pour changer de métiers après 40 ans

À 40 ans, vous avez presque deux décennies de carrière derrière vous. Si vous avez continué à occuper le même métier pendant toutes ces années, vous possédez une grande expérience qu’il faudra valoriser.

Voici les côtés positifs du changement professionnel

  1. Une confiance accrue à cet âge peut vous aider à changer plus facilement
  2. Même si vous devez vous recycler pour une nouvelle carrière, vous avez encore 25 ans pour y travailler avant d’atteindre l’âge de la retraite.
  3. Un bon changement de carrière peut avoir une incidence positive sur votre santé et vos relations.
  4. Vous pouvez utiliser votre expérience actuelle pour acquérir des compétences transférables.

Les points négatifs au changement de carrière après 40 ans

On est déjà bien installé dans sa vie lorsque l’on a 40 ans et plus Cela signifie souvent que le budget est serré et que le confort de vie est en place. Il faudra alors repenser le quotidien pour espérer voir sa transition réussie. ce qui vous compliquera la vie sera :

  • Gérer le changement si vous avez encore de jeunes enfants à la maison
  • Continuer à gagner assez d’argent pour couvrir l’hypothèque et augmenter les dépenses annuelles
  • Vous devrez peut-être prendre un congé de votre emploi actuel pour vous préparer à une nouvelle carrière
  • Inversement, il peut être nécessaire de continuer à travailler à temps plein tout en se préparant à une nouvelle carrière.

Bref, il est facile de conclure que le contexte n’est pas idéal pour entamer sa reconversion. Cependant, c’est maintenant ou jamais qu’il faut faire le pas. Voici donc quelques pistes de réflexion à entamer.

Faire un petit bilan de vos affinités professionnelles

L’heure du bilan est proche. Il est temps de regarder dans le rétroviseur et de juger vos choix professionnels avant de vous lancer dans une nouvelle carrière. Êtes-vous heureux dans votre job actuel ? Qu’est-ce que vous aimez ? Qu’est-ce qui vous déplaît ?

Soyez honnête avec vous même pour prendre la meilleure décision possible. Si vous aimez travailler seul, avoir votre propre espace c’est votre droit. L’objectif sera de garder ce qui vous aimez pour vous débarrassez du reste, sans toutefois négliger la partie financière..

Le bilan de compétence peut vous aider pour une reconversion réussie

Faire un bilan de compétences permet de mettre clairement les choses sur la table. Pour l’utiliser au mieux et s’engager dans une voie professionnelle plus épanouissante, ne laissez pas la place à l’approximation. Il s’agit avant tout d’être honnête avec vous-même et de présenter les choses selon votre propre point de vue.

Un bilan de compétence est avant tout une démarche personnelle et volontaire qui ne peut pas vous être imposée. Il peut être proposé par votre hiérarchie, mais il est possible de le refuser. Si vous l’accepter, il devra impérativement faire l’objet d’une convention tripartite entre le salarié, l’employeur et le prestataire. Il est alors réalisé sur le temps de travail du salarié, et son coût pris en charge par l’employeur, sauf en cas de mobilisation du CPF (Compte Personnel de Formation).

En savoir plus sur le CPF
: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F10705

IL est également possible de faire un bilan de compétences pour se reconvertir sans informer son employeur. Pour cela, il vous faudra rechercher vous-même un prestataire, vous inscrire et enfin, mobiliser votre CPF. Par ailleurs, votre bilan ne pourra s’effectuer qu’en dehors de vos heures travail ou sur vos périodes de congés ou de vos jours de RTT. Il existe de nombreux organismes pour vous aider dans cette démarche.

Quelle est votre contribution dans ce monde ?

Vous revenez à la maison après votre labeur quotidien, vous embrassez vos enfants et vous vautrez devant Netflix pour vous détendre.. Qu’auriez-vous aimez accomplir ? Visualisez cette chose – ou ce sentiment – et cela vous aidera à réaliser votre prochaine mission.

Sachez que vous n’êtes pas obligé de réaliser de grandes choses. Ce sentiment peut se traduire plus simplement, revenir à une passion qui vous taraude depuis des années, travaillez avec vos mains, arrêtez de manipuler des tableaux Excel qui feront gagner beaucoup d’argent à des personnes bien plus riche que vous.. Vous occupez des autres..

Quelques films inspirants pour changer radicalement

Retrousser vos manches et lancez-vous

Entamer une reconversion à 40 ans vous demandera du courage et de la motivation. N’oubliez pas non plus qu’il existe des tonnes de cours en ligne ou des universités pour apprendre et se former. Vous n’êtes pas forcément obligé de recommencer à zéro et il se peut que l’entreprenariat vous offre de belles possibilités.

Si vous êtes inquiet que votre diplôme ne soit pas pertinent pour votre nouvel emploi, ne paniquez pas.Vous êtes assez mures pour comprendre que les diplômes ne servent pas vraiment n’est-ce pas ? De nombreux employeurs attachent plus d’importance à l’expérience qu’aux lettres qui suivent votre nom et vous serez surpris du nombre de vos compétences (enseignées à l’université ou en atelier) qui sont transférables. Mettez ces compétences en gras dans votre CV et engagez-les à cœur pour des entretiens.

Des doutes ?

Si vous avez des doutes, ce qui est normal, sachez qu’il existe de nombreux organismes pour vous aider à retrouver un job ou réorienter votre carrière.

  • L’AFPA.
  • MaFormation.
  • Pôle emploi.
  • L’APEC.
  • Le réseau GRETA.
  • L’Agefiph.
  • Chambre des métiers et de l’artisanat.
  • Le CNAM

Conclusion :
Changer de métier signifie souvent changer de vie. 40 ans est une période ou tout est possible. Cela demande en revanche d’accepter une certaine dose d’incertitude dans sa vie et une perte de confort temporaire. Un bilan de compétences et le soutien de professionnels peut vous aider dans cette démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *